NEWS

rss Flux RSS
couverture
image 1 Le 27 août 2020
On ne se refait pas......
Trail du troisième poste hier soir, avec les collègues du Département : une excuse pour rechausser le DOSSARD !!! Oui !! un beau dossard qui sent bon la compétition !!
humm quelle odeur délicieuse !!
Et avec elle, tout un cortège de sensations propres à ces instants rares et intenses...
Et ce moment avant la course où on se sent pas bien, et le top du départ, et l'effort et l'arrivée.... et le relâchement général du corps qui s'opère d'un coup mêlant fatigue et satisfaction.
Et les courbatures le lendemain..
Bref.
ça fait du bien.
Je crois même que ces émotions s'imposent en moi uniquement lors des compétitions. Même si il n'y a plus d'objectif de résultat ou autre, c'est uniquement le fait de porter un dossard, de se mesurer à soi-même, de se dépasser, de repousser les limites de la fatigue un peu plus loin.
ça me rend zinzin.
complètement maboule.
Y a pas à dire, ça me manque.
Mais je suis contente de ne le faire qu'occasionnellement !!!!
Deuxième et dernier dossard de l'année... le 12 septembre sur le trail du Vercors. Sauf que je le fais avec mon mari et qu'il me met une pression monstre !!
Je rigole. Il a intérêt à me filer ce relais avec de l'avance sinon je divorce.
Photo à l'appui !! merci à toute l'organisation et aux nombreux bénévoles qui participent à la fête !

Le 11 septembre 2020
Quand les vieilles copines viennent en stage à l'hôtel on allie travail et plaisir !!
Ce matin séance de biathlon avec elles : première séance de tir depuis la fin de ma carrière aïe aïe aïe !!!
Couché : pas pire.
Debout : pas mis une balle
Comme quoi.... tout se perd !!
Mais trop de plaisir. Il est cool ce sport finalement : Je crois que je vais m'inscrire dans un club pour en faire plus souvent ??
Demain.... Trail du Vercors....

image 1Le 8 août 2020
Je ne bouge pas. Je reste dans mon home vercors. Et je change d’endroit.
Au moins une fois par semaine je m’oblige à emprunter, découvrir, essayer, parcourir un petit morceau nouveau du massif.
Parfois je tombe sur des pépites. Des sentiers louvoyants remplis de feuilles, des points de vue uniques, une forêt moussue, une rencontre sauvage, une descente ludique, des crêtes somptueuses....
Parfois c’est un échec : le sentier ne mène nulle part, je me perds, la vue est bouchée, y a trop de monde, y a trop de cailloux...
Souvent c’est un mélange des deux : ça commence très bien, c’est magnifique, puis le chemin disparaît, les lapiaz se creusent, la gourde se vide, le mot soif apparaît partout où je regarde, ma langue gonfle, je deviens poussière.
J’essaie de trouver un responsable : c’est lui, mon mari qui m’a forcé à mettre les basquettes, forcé à prendre une toute petite gourde, forcé à la boire d’un coup pour que je sois à sec au bout d'une heure alors que ça fait trois heures qu’on court. Et puis ce soleil aussi, il brille trop fort et le réchauffement climatique. Bah oui c’est ça en fait c’est lui le responsable qui a asséché ma gourde, c’est l’homme et ses foutues machines, c’est l’homme et sa consommation effrénée.
Et moi et ma soif qu’est ce que je fous là au fait ?
....
Un pied devant l’autre Marie. Zecamp n’est plus très loin. Tu ne va pas mourir aujourd’hui. L’eau n’est plus très loin.
....
Ça y est, j’ai vidé le bar !!!! Finalement c’était bien beau ce tour !! Bon je le conseillerai pas mais j’ai passé un bon moment. Surtout maintenant que c’est fini !!!
Des nouvelles pépites je disais..!! En tout cas je ne me lasse pas. Et je cours toujours....
1 2

image 1
Le 5 juin 2020

Parfois, quand la brume m'enveloppe et qu'en la respirant je me dissous dans le paysage alentour, je me sens alors vivre.
Ou mourir.
Mais c'est très doux.

Je me sens partout et nulle part, dans l'herbe, dans les bruits des oiseaux et dans l'air gris qui m'entoure.
Course à pied dans la plaine de Darbounouze.
La tête vide, on se remplit de vert et on disparaît.

Marie





1234

image 1Le 16 mai 2020
Hello !!!

Envie de bouger, de découvrir, de perfectionner, de vous amuser....

Tous nos stages sont en ligne sur notre site internet de Zecamp.
 Au plaisir de vous retrouver et de partager un moment sportif !!!
À bientôt,
Marie



image 1Le 10 mai 2020
La grosse maison là, c’est Zecamp.
Le vert devant c’est l’herbe.
On voit pas mais encore devant il y a du vert et du vert et du vert, donc beaucoup d’herbe. Lumineux.
Le vert pomme du golf au printemps. Le vert propre des couleurs qui reviennent après l’hiver. Et l’air net qui le rend encore plus vivant.
Y a des sentiers louvoyant dans les bois que les cerfs couvent du regard que les loups suivent de loin. Y a aussi les châteaux de sable d’Adèle dans les bunkers du golf.

Et puis y a nous, l’équipe de Zecamp, qui avons mis à profit ces deux mois pour rendre cet endroit un peu plus chouette.
Pour y faire encore plus de trucs (planning de stage établi par chef grogro), pour y manger encore mieux (dubiodubio), et puis réfléchir à la suite.
Si l’aventure vous tente on ouvre les portes le 20 mai.
Welcome in !!
image 1Le 14 avril 2020
Encore un mois....
Bon ben c'est comme ça.
Ça serait mal venue de ma part de me plaindre.
Du coup je regarde les jours défiler comme une vache regarde d'un oeil vide les trains passer. Parfois je me sens un peu perdue en fait. Mais ensuite ça passe.
Mon mari s'est transformé en bricoleur fou et je ne reconnais plus ma maison.
Turbule se calme progressivement, le confinement à des effets positifs sur ses réveils nocturnes. Et maintenant elle sait faire le bruit du cochon.
Adèle ne veut plus mettre d'habits. Elle déambule nue dans le jardin.
Bref, à la montagne on se sent un peu déconnecté finalement.
Les oiseaux migrateurs reviennent orner les arbres encore nus du jardin. La vie passe, les enfants poussent, c'est calme.
Photo de la peinture de la chambre d'Evie (j'en profite pour décorer ma maison...)

image 1Le 08 avril 2020
Comme tout le monde. Confinée.
Pas comme tout le monde, confinée en montagne dans une maison donc carrément privilégiée.
En revanche confinée avec un monstre. Evie. Mon petit monstre mignon.
Son surnom secret c’est « Turbule ». Elle le porte comme un gant. En fin de journée, mon téléphone m’indique « attention application énergivore constatée, veuillez forcer l’arrêt de Turbule ».
Mais comme je n’ai pas trouvé le bouton d’arrêt l’application énergivore continue la nuit… !!.

Bref. Finalement mes journées sont bien remplies. 
Levé heure variable, la variable étant Turbule. Petit déj des filles, habillage des filles et allumage d’ordi en même temps. Coiffure d’Adèle qui veut « une tresse qui m’arrive jusque-là » tout en relevant mes mails.
Ensuite, de manière assez soudaine, je me dédouble. Une partie de moi se transforme en maîtresse sévère et une autre en Marie qui travaille. Alors j’écris des mails ou fais des dossiers tout en regardant mon élève qui fait ses boucles, apprend les sons et colorie des trucs.
Je me force à relire mes mails car parfois mon dédoublement connaît des râtés et je me rends compte que j’ai tapé sur le clavier « Bonjour Mr…. Applique toi. Je me permets de vous transmettre ce dossier et vous demande comment fait le son « AAA ». Bref, un peu désordre.
Certains matins on fait des origamis de poissons d’avril et je me retrouve à la fin de la journée avec tous les poissons dans le dos. Entre temps Turbule se repose pour mieux repartir ensuite.
C’est son temps calme. J’en profite.
Vers midi, il faut préparer à manger. Alors je râpe les légumes tout en répondant au téléphone. Turbule hurle. Je vais la chercher. Mais au sortir de sa reposette, le monstre à faim. Il faut donc l’alimenter tout en continuant de préparer à manger. Alors je l’installe et elle goûte les épluchures et les légumes crus. En mon absence mon élève a déserté son bureau et je me demande comment font les vraies maîtresses.
A la fin j’ai un beau bazar sur le plan de travail mais mon repas est prêt alors je crie « A taaaaaable » comme beaucoup de maman j’imagine.

image 2Mes clients se présentent, le plat arrive tout chaud et j’ai le droit à un « Ho non pas encore des légumes, berk» unanime. Bon. Je négocie âprement et le plat se vide.
Rangeage et vaisselle. Surtout nettoyage de l’emplacement « sous-Turbule » qui insiste pour se servir d’une cuillère et fourchette. Ça se voit.
Les débuts d’aprèm se ressemblent avec une continuité du travail sur l’ordi couplée à des activités comme de l’habillage de barbies, du peignage de poupées, de la lecture d’images et d’histoires. Je suis passée ceinture noire de sons d’animaux. « Wouf wouf, Miaou, Coincoin, Hihan ». Mais j’ai mon public et je connais un certain succès.
Parfois j’ai un câlin de Turbule et j’oublie tout.
En suite c’est de nouveau l’heure de la reposette de Turbule.

YYYYaaaaaaaa !!! Trop coooool !! Là je fais un peu de sport. Yoga ou renfo ou aller courir 1 heure pas loin ou autre.
Ou alors je fais le jardin ou j’aide Loïs à finir de construire la maison.
Après y a parcours vélo ou acrobatie d’Adèle dans le jardin et trampoline pour Turbule. Ensuite Turbule découvre le goût de la terre, des cailloux, des crottes de cerf et des fourmis.
Le soir arrive très vite et forcément il faut de nouveau penser à remplir les ventres.
Pffff alors j’hésite entre un nouveau « Ho-non-pas-encore-des-légumes-berk» ou à devenir « The maman trop cool » et faire des pâtes.
Ensuite prise de repas, re-nettoyage intensif de Turbule, de sous-turbule et même d’Adèle qui en cachette n’est pas forcément plus propre. Mise en place des pyjamas, lecture du soir, prise de biberon hyper calmant (tiens est-ce normal ce goût de gnole dans le biberon ?!) et couchage.
Essai n°1.
Moment cool avec mon Lolo. Révision de chants d’oiseaux (et oui je suis en formation ornito), réouverture des mails du boulot, discussion sur l’avenir de Zecamp, relève du courrier….
Turbule hurle. Turbule redescend parmi nous. Lecture d’images, sons d’animaux : l’âne fait hihan et le canard coincoin, puis câlin… mon cœur est tout mou.
image3

Essai de couchage n°2.

Etirement, tisane, discussion sur les travaux restant à la maison (énorme avantage d’avoir un mari bricolo…) discussion sur l’avenir de Zecamp. Relevage des discussions Whatsapp, Tiens, j’ai envoyé des photos de barbie moi ? Mince, à qui j’en ai envoyé….. ? Ho Noooon…. Rédaction de message d’excuses, et effaçage de toutes les photos du jour…. Adèle et ses barbies, barbie reine des neiges, barbie talon aiguille, une chaise, la terrasse, du flou…. Ça me prend du temps parce que il y en a pas mal…
Turbule hurle. Turbule redescend, Lecture d’images sons d’animaux, le chat fait miaou et le chien waf waf, méga câlin de Turbule…. Je me demande si elle ne le fait pas exprès….mais ça marche toujours, mon cœur a fondu.

Essai de couchage n°3.
Normalement le bon avant le relevage n°1 de la nuit.
Couchage généralisé à l’ensemble des habitants de la maison de la Fauge.

Réveil 1. Perte de sucette
Réveil 2. Cauchemar.
Réveil 3. Sans raisons apparente
Réveil 4. un nouveau matin est là….


image 1Le 02 mars 2020
De retour.

Le temps s'est subitement accéléré sous le rythme quotidien et a effacé en un souffle la quinzaine Tyrolienne.
Le blanc s'estompe sous la force du vent chaud laissant apparaître un Vercors vert et brun.
Les enfants étaient là eux, avec leur sourire frais dénué de filtre.
Et les coeurs des parents se sont ramollis, les bras se sont ouverts et tout le monde a fusionné en une famille réunie.
Cela dit.... c'était tout de même une sacré quinzaine. Avec des résultats incroyables des français.
Un beau moment à vivre de l'autre côté de la barrière. Le côté sans les dossards.
ça me va. De toute façon je n'ai plus bien le choix non ?!!

Si vous voulez revivre les chroniques de mes yeux, elles sont dispos ci-dessous
A bientôt pour de nouvelles aventures,
Photo souvenir d'une journée rando entouré de blanc. Comme on les aime..

Découvrez le texte de mes chroniques lors des mondiaux 2020 sur l'équipe 21
          les yeux de Marie


1Le 17 février 2020
En direct d'Antholz.
Qui l'eu cru, j'ai versé ma petite larme... et oui, le sport à le pouvoir de communiquer des émotions très forte.
Etant sur place, commentant les courses avec l'Equipe 21, ne servant pas à grand chose mais contente de renouer avec ce sport qui m'a construite en tant que femme.
J'ai assisté au sacre d'Emilien après cette poursuite tellement excitante à suivre.
Et Emilien tellement incroyable sur ce dernier tour.
Bref. J'ai voulu célébrer la remise des médailles et j'ai senti mes yeux s'humidifier à la vue d'Emilien grimpant sur la première marche.
Je suis une femme sensible.Les hymnes nationaux sont beaux à entendre après une compétition. Ils sont puissants. Parce qu'hier le nouveau Champion du monde représentait cette France insolente et pétillante de jeunesse et d'audace.
Hier Emilien est rentré dans l'histoire.
Ici c'est l'hiver.
Et je suis contente de le vivre au moins 10 jours cette saison.... alors j'en profite un max et essaie de skier dés que j'en ai le temps.

1 2 3
4 5 6

Ski de fond, ski de randonnée, tout est bon à prendre et j'avale donc en boulimique les kilomètres de neige quotidiens.
Histoire de m'en mettre plein les pattes et de rentrer fatiguée le soir.photoimage 1
Le 20 janvier 2020

Yééééééééééé !!
Le ski, un sport magique, un sport unique, qui malheureusement dépend du froid et de la neige....
Depuis le début de l'hiver je ronge, je rouille, j'enrage et bredouille !
Mais aujourd'hui hhhhhhhhhhh trop bien, trop cool, glisse et bol d'air, les skis aux pieds je me sens des ailes !!

Château Julien, la magie agit toujours. Je ne m'en lasse pas.

Bref, 7km au départ de Zecamp, bon ski garanti, neige à canon et puis ensuite.... en mode un peu "attention aux cailloux" on rejoint malaterre et sa sorcière et de nouveau, tiptopmoumoute la piste est belle, la glisse est bonne et nous emporte jusqu'au belvédère de château Julien que j'envisage de privatiser.

Après Paris, ça fait du bien !!






1 2

image 1 Le 8 janvier 2020

Janvier 2020. Qui rime avec Dorin, avec rien, avec sapin, avec bien et copain et des tas d'autres trucs malins.

Moi je rêve d'un truc qui rime avec glisse, avec ski, avec neige aussi....
Je danse les soirs de pleine lune, j'implore le bleu du ciel et le froid de l'air... elle est où la reine des Neige ?
Encore une embrouille je paris.

A la place on a du bleu, et du givre qui recouvre l'herbe d'une couche de sucre glace, gourmandise glacée qui étincelle au levé du jour.
La brume s'élève aussi dans la plaine de Lans, enroulant de mystère les fermes du Vercors.
Je descends au travail à vélo en tenue de monitrice de ski. Sans skis.
A bientôt sur un fond que j'espère plus blanc...










Le 22 décembre 2019

1 2
Souvenir d'un joli week-end : merci à Martin, Quentin, Émilien, Simon, Fabien, anto, nanas, Justine, Celia, Julia, Chloe, Caro et toutes les émotions que vous nous faites vivre !

Le 30 novembre 2019
De retour au biathlon !!
Comme ça manque les couchers de soleils scandinaves !!
Retrouvez-moi sur l'équipe TV pour suivre les épreuves de la coupe du monde de biathlon à la télé,

Le 25 novembre 2019
Et voila des petites photos de vacances en Sardaigne, dernier break avant d'attaquer la saison.
Bah oui l'hiver c'est, la grosse saison de l'hôtel, des commentaires sur l'équipe, du biathlon à la télé, du ski aussi, même pépère mémère comme moi...!! Là bas, les pâtes étaient bonnes et les sardes gentils mais j'ai lorgné sur la neige du Vercors....pour ne rien trouver en rentrant !!! Les vacances en hôtel trafic y a rien de mieux : en novembre il fait nuit à 5h donc on mange à 6h des pâtes au thon et on se couche à 8h. Comme il fait jour à 8h on se lève à 8h ce qui fait 12h passés en position horizontale à se reposer si mes calculs sont bons. En tant que jeunes parents, des nuits de 12heures sont un luxe très apprécié des braves. Je dois être très brave.
J'ai même eu le temps de lire un livre. Ça faisait longtemps !!
J'en ai lu un bien "dans la forêt" ça m'a même donné envie d'écrire un nouveau livre. Une fiction cette fois.
Bref, faudrait que je trouve le temps.
1 2 3

1 2 3

1 2 3
Vous en êtes où de mon livre.... Pas trop déçus ? Parce que si jamais j'en écris un deuxième faudra avoir envie de le lire du coup.
Donc mon raisonnement : si vous avez trouvé le premier nul vous n'aurez pas envie de lire le suivant. Donc ne lisez pas trop le premier pour avoir envie de lire le second ! ??
Je crois que l'ennui est source d'inspiration. C'est ce que m'ont appris ces vacances : parfois il faut savoir ne rien faire pour avoir envie de faire. Vous me suivez ?
Allez en attendant qu'il reneige.... À bientôt