NEWS

rss Flux RSS
couverture
le 12/12/2017
Moi en ce moment j'écoute du jazz.
Fini le classique de la semaine dernière (ça va revenir, comme souvent par période) finie la nostalgie.
Je suis contente de revenir en France, de courir pour la première fois une coupe du monde devant un public français.
D'ailleurs ils sont déjà là pour certains, à nous encourager sur le bord de la piste à l'entraînement !!
Les pauvres, je crois que la météo n'est pas "au Grand Bo" !!
Habillez vous, tenez vous chaud !! Tenez vous secs !!
Mais nous on est contents de vous voir.
Donc j'écoute du jazz. Ce qui n'a rien à voir ok.
La piste sera nerveuse.
J'espère juste que les conditions de glisse seront meilleures qu'aujourd'hui car c'était très difficile à skier, à la fois mou et dur, très très très lustré et mon pied n'aime pas du tout du tout du tout ça.
En fait j'écoute aussi du jazz car nos supers cuistos de la semaine (Jacky et George) sont également des mélomanes et qu'ils m'ont, avec leur grands sourires, transmis le bruit du saxophone et de la batterie. (et l'odeur de la soupe -j'adore la soupe- et de la tarte aux noix pour ce soir -les salauds, déjà que j'avance rien.....!!)
Ils m'ont donné envie.
le 10/12/2017
Il y a ces fois où, malgré le résultat le sourire reste forcé. Aujourd'hui en faisait partie. Ma carabine est entrain de brûler tranquillement. Je vais peut être aussi m'immoler, je mériterai sans doute. Mais trop douillette, je préfère rejeter ma faute sur l'objet muet. Bref, cette année, j'ai beau le prendre par n'importe quel bout, ça ne tourne pas rond, il y a des angles partout !! Le ski est mieux, mais malheureusement le reste ne suit pas. Aucune excuse, le vent est dans ma tête. Donc retour à la case départ. Ou alors directement à la case prison. Je vais doucement me reconstruire, acheter un mental en promotion et éviter de continuer à creuser. Merci les copines !!

2 le 03/12/2017 : Sprint et poursuite Ostersund.
Si les premières courses ne se passent pas comme j'avais imaginé, planifié ce début de saison, elles ont tout de même le mérite de m'apprendre certaines choses.
L'humilité de devoir repartir d'en bas.
Le courage de continuer à souffrir pour des places qui, jusqu'à présent, n'étaient pas considérées comme un objectif.
L'effort mental qu'il faut fournir tous les jours pour ne pas s'effondrer.
Entre autre....
Résultat brut : sprint 23ème avec une faute au tir, un écart de temps de ski de 45 secondes de la première. Des temps de tir très très ttttrrrrrèèèèèèèès longs..... (40 secondes par tir ce qui me rajoute un anneau de péna imaginaire). D'où cette question qu'il faut se poser :
"Comment se fait-il que des filles qui ont uniquement 2 ans de métier derrière la carabine tirent bien plus vite que moi pour un résultat identique voir meilleur ???"

Question à 1000 points !
2 En ski il y a encore du travail (là aussi.... pfffft) je suis à 55 sec du meilleur temps de ski mais le petit plus
La réponse est simple : elles vont à l'essentiel et foncent, tandis que j'ai érigé autour de moi une forteresse de doutes, et de petits riens qui ne comptent pas mais alourdissent ce fardeau que j'emporte partout sur le tapis.
Donc voilà, j'ai du pain sur la planche.
Poursuite : 14ème, mieux, des tirs entre 30 et 35 secondes. Petite progression.
c'est que je suis seulement à 10 secondes sur le dernier tour. Ce qui est un tout petit peu mieux.
Petit peu par petit peu, j'en suis là. J'essaie d'accumuler plus plus de petit peu possible pour réussir à le transformer un "un peu plus".
Merci à tous pour vos encouragements !! J'en ai encore plus besoin cette année...!!!


2 le 29/11/2017 :
Aujourd'hui nous étions tous des chevaliers oignons.
Couche après couche, nous avons soigneusement emballé nos petits coeurs fragiles sous des piles de vêtements.
Technique efficace, je n'ai eu froid que lors du dernier tour.
Il a fallu ensuite peler l'oignon dans la douche, tout enlever pour se retrouver nue. Un peu comme à chaque nouveau départ, j'ai l'impression de partir nue devant tous. Nue avec juste mes jambes et ma tête, avec mes moyens du moment. Et même nue j'arrive encore à me dépouiller un peu plus, à semer des bouts de moi-même sur la piste et derrière la carabine.
Lorsqu'on fait du sport de haut niveau, on ne peut pas se cacher. La compétition est un jeu binaire : bon, pas bon. Pas d'excuses.
C'est la règle et si j'ai su jouer devant auparavant, il me faut à présent repartir d'en bas, monter un à un les barreaux de cette échelle qui me paraît immense.
Je me plie à la règle avec bonne volonté, comme une bonne élève acharnée, quand bien même la douleur est peut être encore plus grande et encore plus vaine lorsque le résultat n'est pas là.
Telle est la règle du sport de haut niveau.



le 27/11/2017 :
C’est l’histoire de trois copains qui partageaient à voix hautes certains de leurs rêves :
- « Toi Rob, t’as réfléchi à ce que tu voudrais faire après le ski ? »
- « Ben…. J’aimerai bien continuer à construire quelque chose, partager mon expérience du sport de haut niveau par exemple »
- « Oui, c’est vrai que c’est agréable de se lancer à fond dans un truc, de monter un projet du début à la fin, et toi Marie ? »
- « Moi j’aimerai créer des forêts comestibles ! Partager ma passion pour la nature et le sport de plein air »
- ….
- « Mais en plus de ça j’aimerai bien rester sur le Vercors après avoir passé mon temps à faire et défaire mon sac ça me gonfle de partir ».
- ….
- « Youou, Loïs tu dis rien ? »
- « Deux secondes, ça germe. »
- …
- …
- … (il réfléchit longtemps)
- « En fait je me disais qu’on pourrait continuer à travailler tous les trois en famille ».
- … ?
- « Mais oui, regardez, on veut tous transmettre notre passion pour le sport, en particulier le sport de plein air, les paysages et tout… On connait par cœur les sentiers d’ici, à pied, à vélo, vtt, en ski, ski roue et même à cheval pour certaines !! »
« Ils disent qu’ils ne voient pas le rapport. »
- « Un hôtel les gars ! Un centre d’accueil pour toutes les personnes voulant faire du sport !! »
- « Ben ok t’es gentil mais tu nous le ponds où ton hôtel ? »
- « Corrençon, départ du golf et de la piste de ski roue par exemple ! »
- « Ouais, pas mal comme idée…. Mais du coup on accepte que les sportifs ? Du style avec un videur et tout pour les non sportifs ?!! »
- … (Les gars regardent la fille bizarre en se demandant si elle est pas un peu conne)
- « Ça va je rigole, on est tolérant avec les non-sportifs aussi. De toute façon ils veulent la même chose les gens non ? Genre quand on va en vacances hors saison d’entraînement on recherche aussi un endroit cool, calme où on mange des trucs sains et où personne nous fait trop chier ».
- « Ouais mais aussi un endroit où les gérants peuvent nous conseiller pour aller crapahuter à droite à gauche, ça évite quand même les itinéraires foireux et les ballades pourries »
- « En fait parfois je me rends compte que tu as un cerveau !! Elle est pas mal ton idée…. »
- « Elle est géniale tu veux dire !! »
- « Et c’est qui le chef ? »
- « Moi »
- « Toi Loïs ?!!! la blague !! Pousse pas le bouchon trop loin…. On sera trois chefs ou rien du tout »
- « Ok, c’était pour rire, alors on s’y met quand ???!!! »
Trois ans plus tard…. Le projet est lancé. Il s’appelle Zecamp.
Et nous, on est chefs d’entreprise. Ça sonne bien. Pour l’instant il neige, finalement c’est relou, ça gène les maçons. Mais les murs sont debout, ils me paraissent bien fins mais j’avoue que j’y connais rien en construction. Ouverture ? Automne 2018.
Alors voilà, l’aventure continue en fait…. Ski ou pas ski, le sport c’est l’école de la vie !!
Retrouvez nous sur Zecamp



2le 26/11/2017 : Première coupe du monde :
Malgré une belle marque de confiance qui m'a été donnée aujourd'hui avec ce dossard de single mixte aux côtés de la star, je n'ai pas su être à la hauteur de cet honneur.
Et pourtant l'envie y est, je donne le max mais j'ai l'impression d'être lourde à déplacer, de ne pas pouvoir gérer mon effort et les secondes se lâchent, s'éparpillent et se rangent gentiment en faveur des adversaires.
Encore une fois, des jambes lourdes, un manque d'énergie et un braqué non adapté au relief.
Le tir n'est pas mauvais mais tellement lent... et pourtant je vous jure que je me bouge !!
Enfin voilà. Ce n'est pas facile d'accepter de ne plus jouer devant malgré les années d'entraînement. Mais j'essaie, je ne baisse pas les bras, je me bats et je me battrais jusqu'à mon dernier dossard.

le 23/11/2017 : Dernières photos du stage de Susjoen c'est bô
Depuis nous sommes à Ostersund, nuit à 15h, nuages toute la journée, manque de soleil graaaaaave !!

1        3
1
le 19/11/2017
Menu du jour : Mass start.
En entrée :
3 tours corrects, un peu mieux qu'hier, pas fou non plus (faut pas déconner !) mais où je réussis pourtant à suivre sans trop baver les cracks du moment.
Il m'en manque sur toutes les portions de relance et d'entrée de bosse, là où le 1 temps est primordial.... moi j'écarte tout de suite les skis et passe en vilain décalé qui rame le cake.
Plat du jour :
3 fautes au tir, une balle ratée par tir à partir du deuxième couché. C'est pas pire, pas ouf et totalement insuffisant.
Mais c'est un peu plus rapide qu'hier et surtout ça m'a fait du bien de tirer en confrontation directe.
Au dessert :
J'ai craqué mon slip dans le dernier tour. J'ai commencé à cintrer doucement lors du 4ème tour pour mettre le clignotant sur la dernière bosse.
Bilan :
Un peu mieux qu'hier, pas du tout suffisant.
Je reste dans l'optique de prendre les courses les unes après les autres, tirer un bilan objectif et essayer de faire le max avec ma petite forme du moment.



1    2    3